Chauffage à distance

03.10.2016

Depuis début septembre, Schindler couvre les besoins en chauffage de son Campus à Ebikon exclusivement grâce à un chauffage à distance exploitant l’incinération de déchets. A partir de 2017, Schindler devrait de surcroît utiliser exclusivement du courant électrique produit sans aucune émission de CO2.

Contact

Ascenseurs Schindler SA
Zugerstrasse 13
6030 Ebikon
Suisse

Teléphone : +41 41 445 31 31
info_sch.ch@schindler.com

Chauffage à distance
Dans la station de transfert de chaleur (également appelée «échangeur thermique»), l’eau chaude est transformée en chaleur utilisable pour le chauffage.

On peut tout exploiter, même les déchets: la preuve, depuis le 31 août 2016, Schindler a recours aux rejets de chaleur provenant de la combustion de déchets pour chauffer tous les bâtiments situés sur le Campus d’Ebikon ainsi que l’eau destinée aux quelque 1800 collaborateurs.

Les rejets de chaleur sont produits dans l’usine d’incinération des ordures Renergia à Perlen et permettent ainsi de chauffer de l’eau qui est ensuite transportée vers Schindler grâce à un réseau bien isolé de conduites. Une fois parvenue à destination, l’eau est refroidie dans la station de transfert de chaleur, puis la chaleur produite par ce processus est transférée vers le réseau de chauffage afin d’y être exploitée. L’eau refroidie repart vers Renergia, où elle est à nouveau réchauffée.

Le chauffage à distance vient remplacer l’actuel chauffage au gaz naturel sur le Campus d’Ebikon, qui sera démantelé au cours des mois à venir. Fort de cette nouvelle solution respectueuse de l’environnement, Schindler confirme son engagement en faveur de la durabilité. Ainsi, grâce à différentes mesures, la consommation d’eau du Campus d’Ebikon a déjà pu être réduite de plus de 80% ces dernières années.

Prochaine étape visée par Schindler: à partir de 2017, approvisionner le Campus d’Ebikon exclusivement en électricité issue d’énergie hydraulique produite en Suisse, et de ce fait avoir recours à des ressources durables. Le Campus d’Ebikon deviendra donc, dès l’année prochaine, neutre en CO2.